Accueil > En librairie > Amelia

Amelia

par Bernard Marck - Éditions ARTHAUD

jeudi 24 novembre 2011, par FOURNIER Jean - Rédacteur


Amelia Alors que l’aviation, tout juste sortie de la première enfance, prenait conscience de son importance et de ses moyens mais demeurait encore à la merci des éléments capricieux, des instruments imparfaits, quelques femmes ont osé voler. Aucune, parmi elles, n’a laissé, dans le souvenir du monde entier, une légende aussi brillante qu’Amélia EARHART. Le livre de BRIAND, un des premiers en français, avait en 1960 fait revivre d’une façon très vivante la vie de cette aviatrice, ses exploits et sa triste fin inexpliquée. Cinquante ans plus tard, Bernard MARCK nous fait revivre la vie de cette aviatrice d’exception dans ce livre qui vient d’être récompensé par le prix Guynemer 2011.

Bernard MARCK, tout au long de ce livre véritable encyclopédie de la vie d’Amélia EARHART , nous raconte les histoires entremêlées de la passion d’une femme pour l’aviation et de l’amour d’un homme pour cette femme. En 1928, Amélia EARHART et Georges PUTNAM se rencontrent dans l’ombre dorée de Charles LINDBERGH, qui vient de réussir en solitaire le premier vol sans escale au dessus de l’Atlantique. La jeune femme ressemble de façon troublante au héros adulé par l’Amérique, et dont PUTNAM est l’éditeur. Naît une association qui, de performances en records, à partir d’une traversée de l’Atlantique Nord qu’Amélia est la première femme à réaliser, en 1932, évolue vers un mariage singulier, obtenu par un PUTNAM pressant mais moyennant des clauses très strictes imposées par Amélia qui tient à conserver sa liberté… !

La trajectoire de l’aviatrice s’interrompt brutalement le 2 juillet 1937, dans un tour du monde sur son avion, un Lockheed Electra, avec son navigateur d’origine irlandaise, Fred NOONAM, un ancien de la Pan American, pilote, navigateur, puis instructeur de navigation et pilotage, considéré par les équipages Pan American comme le meilleur navigateur du monde. Au cours du survol du Pacifique, près de l’escale prévue de Howland l’avion et son équipage ont disparu sans laisser aucune trace tangible jusqu’à nos jours. Accident, mission d’espionnage qui aurait mal tourné, l’auteur essaie de donner des explications, secret d’État ? ou comme j’avais pensé en tant qu’ancien navigateur erreur de 180° à un certain moment de la procédure en faisant un atterrissage par droite de hauteur mais ???

Jean FOURNIER

[ Article "Lire & Naviguer" de la Revue APNA N°155 - 2011 ]


Enregistrer au format PDF article en PDF  Version imprimable de cet article Version imprimable

Voir en ligne : Amelia - Éditions ARTHAUD